Parallèles

Juste un blog en parallèle

Archive for the ‘présidentielles 2007’ Category

Vieux ressorts rouillés

Posted by Parallèles sur 10 décembre 2006

Mme Royal voudrait nous faire croire qu’elle se situerait en dehors des appareils, mais son tout récent accord électoral avec Jean-Pierre Chevènement apporte une nouvelle preuve de son appartenance pleine et entière à un système qu’elle nous présente pourtant comme révolu. Cet accord démontre en effet qu’elle sait parfaitement utiliser les ressorts les plus rouillés de ces vieilles machineries politiques, avec une maîtrise qui dénote une grande familiarité avec le système de la politique à papa (Jacques ou François): je te donne dix circonscriptions, tu retires ta candidature. C’est sympa pour les acteurs de la « démocratie participative », c’est-à-dire les électeurs des circonscriptions en question qui, ballotés par le marchandage entre la dame aux caméras et et le revenant jacobin, trouveront là l’occasion d’entrevoir à quel point leur avis peut intéresser la candidate socialiste dans la pratique. Oubliez la gazelle, c’est bien une éléphante que nous avons là.

Etant données ses perspectives d’une plausible présence au second tour (je n’ai pas dit probable), Mme Royal peut au moins avoir l’excuse du pragmatisme, ce qui n’est pas le cas de la gauche antilibérale. Car de ce côté là aussi, on veut nous faire croire au renouveau, à la rupture politique alors qu’on nous ressert de la soupe froide. « Unitaire, » c’est le mot poudre-aux-yeux de la gauche de la gauche: unitaire par ci, unitaire par là, et quand il faut s’arrêter sur un candidat, les divisions groupusculaires éclatent au grand jour et des nuances politiques infinitésimales coupent court au grand élan solidaire. Les subtilités de ces divisions militantes échappent à la très grande majorité des électeurs qui ne verra donc là, et à juste titre, que de la politique politicienne en action. C’est désolant mais aussi particulièrement ridicule quand cela se passe en dehors d’un « parti de gouvernement, » c’est-à-dire quand l’exercice effectif du pouvoir n’est même pas un enjeu réel…

Tout cela laisse à penser que le « faire de la politique autrement » qu’on essaye de nous vendre n’est bien que du foutage de gueule à l’ancienne. A ce rythme là, on va droit dans le mur du 2e tour façon 2002 (c’est pour ça que j’ai dit plausible et pas probable…). Plus ça va, et plus j’espère que ces voix perdues ne se reporteront pas plus à droite que sur Bayrou…

Note aux blogueurs de droite qui voudraient récupérer/citer ce billet: la gauche dans son ensemble (je suis gentil, j’inclue Mme Royal) m’a mis de mauvaise humeur aujourd’hui et c’est pour cela qu’abandonnant à cette occasion ma bonhommie naturelle je me permettrais de vous dire que je vous conchie.

Posted in antilibéral, Clémentine Autain, Jean-Pierre Chevènement, présidentielles 2007, Ségolène Royal | 2 Comments »

Pour un remix 2006 de Séguin ’95

Posted by Parallèles sur 27 octobre 2006

Je regardais la 2e partie du documentaire de France 2 sur Jacques Chirac et en voyant le passage où Philippe Séguin proclame a la tribune du RPR qu’il ne sert à rien de débattre parce que Balladur est déjà élu, j’ai commencé à m’interroger… Qui sera le Séguin de cette campagne? J’ai comme l’impression que ça aurait plus de chance de se passer au PS pour l’instant, car à l’UMP, on ne voit personne qui serait en mesure de profiter d’une chute de Sarkozy pour l’instant. Au PS en revanche… vu l’ambiance du débat d’hier on peut se demander s’il ne pourrait pas y avoir un second couteau à la lame bien tranchante qui dans l’entourage de Fabius ou de DSK pourrait être chargé de régler son compte à Royal. En fait, j’ai bien l’impression qu’une stratégie similaire à celle de Séguin en 95 commence juste à être mise en oeuvre, quoique de façon plus indirecte: « on » s’efforce en ce moment de faire le maximum pour que la position de favorite des sondages plombe subitement Ségolène Royale, pour la faire couler comme un traité constitutionnel plongé dans un bain de référendum. Je n’aime pas le procédé, mais pour être franc, je n’aurais rien contre le résultat.

Posted in DSK, Laurent Fabius, présidentielles 2007, Ségolène Royal | Leave a Comment »

Vous avez dit navrante? Comme c’est navrant…

Posted by Parallèles sur 26 octobre 2006

« la mise en ordre de ce grand jardin, la France, dont les agriculteurs illustrent si bien les vraies valeurs. »

cette phrase effectivement un peu nunuche a été lachée par Ségolène Royal et reprise dans un article récent sur kelblog. L’auteur du blog pense que « cette campagne s’annonce navrante » et je suis bien d’accord avec lui: cette campagne sera plus navrante que les précédentes, et en grande partie grâce aux analyses politiques des Loïc, des Pierre, et bientôt sûrement des
Régis.

On peut craindre de voir ces réflexions de haut vol se multiplier (en particulier sur typepad?) afin de populariser l’analyse critique (ou plutôt son absence) et valider la stratégie rhétorique d’un candidat. On peut se demander au passage pourquoi ce candidat-là n’a pas son propre blog comme certains autres. Peut-être que son semi-échec lorsqu’il a voulu moucher le p’tit Kassovitz l’a un peu échaudé et lui a fait voir les dangers du blog… Peut-être qu’il trouve déjà assez bien son compte à laisser faire les scribouillards de l’ère numérique: cela permet de faire du populisme de masse par délégation, sans avoir à passer à la télé et donc sans se mouiller personnellement.

Revenons à l’article de kelblog pour illustrer tout ça. On démarre sur un premier paragraphe dont on ne sait pas trop s’il vise à fustiger le populisme de Ségolène Royal ou à se lamenter du fait que Sarkozy se soit vu voler la vedette en la matière (une petite pointe de jalousie peut-être?):

Avec sa proposition décoiffante sur la création de « jurys de citoyens » tirés au sort, chargés d’évaluer l’action des élus et qui pourraient éventuellement les sanctionner, Ségolène confirme son grand talent de communicatrice. Après « l’encadrement militaire » des jeunes délinquants, elle parait décidemment prête à tout pour gagner l’élection. Elle semble surtout capable de faire accepter par le PS un catalogue de propositions contre lesquelles beaucoup auraient protesté si Sarko (par exemple) s’y était risqué.

Phrase suivante. Ah oui, une petite pointe de jalousie et de rancoeur qui pousse, ça se confirme. Mais sans percer complètement:

Je trouve que cette campagne s’annonce navrante, elle l’est peut-être moins pour le monde médiatique fasciné par les « propositions de Ségo »?

Je me demande si kelblog se serait interrogé de la sorte lorsque Nicolas Sarkozy faisait, par exemple, des propositions sur la responsabilité des juges (autre mesure populiste, elle aussi complètement impraticable en raison des fondements de notre droit et de l’organisation de nos institutions judiciaires). Ah, le bon vieux temps. Il y a un an. Quand le champ médiatique était libre pour Sarko. Le bon vieux temps j’vous dis. Passons.

Une autre de ses propositions est passée presque inaperçue alors qu’elle aurait mérité de retenir l’attention: il s’agit des agriculteurs.

Ah, voilà le vert. Ségolène passe au vert! Super. On a l’explication du titre et on sait maintenant où on va puisque kelblog va nous expliquer que Ségolène Royale a fait une proposition démagogique à l’intention des agriculteurs et nous démontrer qu’il s’agit là aussi d’une proposition « décoiffante » qui révèle que Ségolène Royale est « prête à tout pour gagner l’élection ».

Ségo propose aux agriculteurs(à l’exception des céréaliers qui bénéficient déja d’un très haut niveau de subvention de la PAC) de prendre leur retraite à taux plein dés 50 ans avec un niveau garanti de deux fois le SMIC, plus 100 euros pour les veuves, les invalides de guerre et les éleveurs du Larzac.

Voilà pour la proposition démagogique. OK. Maintenant l’analyse critique:

Ceci afin de reconnaître l’importance de leur rôle pour « la mise en ordre de ce grand jardin, la France, dont les agriculteurs illustrent si bien les vraies valeurs ».

Bon d’accord, la phrase est très con. J’imagine qu’elle devait servir à contextualiser la proposition qui est « décoiffante » parce que…

Faut-il être surpris que Sego dispute les agriculteurs à la droite? En tout cas pour un amoureux de la nature comme moi, cela donne à réfléchir …

Heureux que l’auteur de kelblog soit un amoureux de la nature et que la proposition en question l’ait poussé à réfléchir. Maintenant le résultat de cette réflexion? Le voici:

Bien du chemin a été parcouru par les socialistes depuis ce fameux débat il y a 20 ans où Fabius lançait à Le Pen: « vous donnez de mauvaises réponses à de bonnes questions ».

Ca y est. Je suis paumé. Le rapport avec la proposition faite aux agriculteurs? Le voici:

Et justement … après les djeuns chez les militaires, les élus au tribunal, et les agriculteurs au Club Med (lol)…en réfléchissant bien … quelle pourrait bien être sa prochaine proposition? les paris sont ouverts!

Et voilà. Le post est fini. Je résume: « Ségo » est une vilaine démago, si habile dans sa démagogie qu’elle arrive à faire avaler des propositions de droite aux socialistes et qu’elle arrive même à voler la vedette à « Sarko ». Elle ne fait rien qu’à faire des propositions décoiffantes pour amadouer les journalistes (et donc l’opinion? pense peut-être l’auteur de kelblog qui a peut-être oublié ce qui c’était passé lors du dernier référendum). Tenez, prenez par exemple sa dernière proposition pour les agriculteurs. C’est du même tonneau. Elle donne à réfléchir à l’homme de la campagne (un connaisseur donc). Ca lui rappelle (bien évidemment) cette phrase de Fabius à Le Pen il y a plus de vingt ans. Ah ça oui. Les propositions de Ségo sont démago, et on en a pas encore vu la fin.

Je peux résumer encore plus: Ségo est démago, ses propositions sont donc démago, sa proposition pour les agriculteurs est donc démago, ce qui prouve bien que Ségo est démago.

Moi aussi je peux faire simple :

Ségo et Sarko sont sur un bateau,
Pierrot et Lolo rament dans l’eau.
Qui tombe en premier?

Oui, oui, tout cela est navrant. Et le plus navrant dans cette histoire c’est que la proposition en question est sûrement criticable. Mais la critique est déjà passée à la trappe. Escamotée. Elle n’a servi que de tremplin pour permettre à la stigmatisation de rebondir. Jusqu’au prochain saut. Demain sûrement. Une nouvelle proposition. Un nouveau billet. Un nouveau Régis.

Pourquoi ne pas faire la critique moi-même alors? Parce que je roule pour Ségolène? Houla. Loin de moi cette idée. Il est déjà à peu près acquis que je ne voterai pas pour elle. Non, tout simplement parce que contrairement à d’autres je ne crois pas avoir à infliger mes réflexions politiques aux aimables visiteurs de la « blogosphère ». N’est-ce pas ce que je viens de faire quand même? Non. Je ne fais que commenter sur ce que je suis bien placé pour commenter: la façon dont on vient d’essayer de me manipuler personnellement. Je n’aime pas ça et je le dis.

Posted in Blogging, Nicolas Sarkozy, Politique, présidentielles 2007, Ségolène Royal | 4 Comments »

Autain en hausse

Posted by Parallèles sur 23 octobre 2006

Bien mieux que la vidéo « Le meilleur de Sarkozy », Clémentine Autain a reproduit sur son blog sa tribune parue dans le Libération du 23 octobre 2006. C’est beaucoup plus construit que du montage vidéo sensationnaliste, et c’est tant mieux. On pourra simplement regretter que cette tribune ne soit pas plus spécifique: beaucoup trop de mots en -isme (libéralisme, autoritarisme, populisme, individualisme, capitalisme, …) trop usés, trop creux, trop rhétoriques s’ils ne sont pas illustrés d’exemples précis. La partie de la tribune qui se veut concrète:

Concrètement, nous devons partir des besoins et réorienter les fonds publics vers les activités socialement utiles, mobiliser l’outil fiscal pour redistribuer les richesses entre les individus et les territoires, augmenter les bas salaires et les minima sociaux, sécuriser les parcours de travail et de vie, assurer une continuité du contrat de travail, et donc des droits, ainsi qu’un filet de sécurité en matière de revenu, consolider et étendre les services publics.

est encore un peu trop vague à mon goût. Quels fonds publics? Ceux qui proviennent de quel instrument particulier de l' »outil fiscal »? Orienter ces fonds vers quelles activités? Quelle est ici la définition de l’utilité sociale? Seuls « augmenter les bas salaires et les minima sociaux » passe à peu près le test (quoiqu’on se demande naturellement « de combien? »).

Je ne cherche pas à blâmer Clémentine Autain car je suis sûr qu’elle a des réponses spécifiques à ces questions (voir plus bas). Je veux juste faire remarquer que nous avons là une illustration d’un problème que pose les médias journalistiques traditionnels dans leur format et leur fonctionnement: on peut imaginer que l’espace trop réduit qui lui était imparti dans les colonnes de Libération l’a forcée à recourir à ces épouvantails. Heureusement qu’il y a encore ces bons vieux livres (Clémentine Autain en a écrit plusieurs) et que les nouveaux médias offrent des possibilités dans ce domaine. Mais attention, ils peuvent donner lieu à pire, c’est à dire à une reprise des travers des médias traditionnels en général et de la télé en particulier (voir la vidéo « le meilleur de Sarkozy ») confinant ainsi au degré zéro de la critique, ou à mieux, comme avec le programme en ligne de la gauche d’alternative que soutient Clémentine Autain. Je ne juge pas ici du fond de ce programme, mais de la forme que je vous invite à comparer à celle de la tribune d’aujourd’hui et surtout à cette vidéo en ligne que je mentionne plus haut. J’espère que vous y verrez comme moi une certaine gradation dans l’intelligence et le côté constructif.

Posted in Médias, Politique, présidentielles 2007 | Leave a Comment »

Débat soviétique ou à l’américaine?

Posted by Parallèles sur 19 octobre 2006

Au sujet du débat télévisé des candidats à la candidature PS, on a pu lire ici ou là (chez Le Meur et chez Vin100 qui recopie Le Meur) que ce débat était « soviétique » dans son format. Bien évidemment, il s’agit dans l’un et l’autre cas d’une analyse de mauvaise foi dont le but est d’agiter des épouvantails du passé pour effrayer le bon peuple (de droite). En dépit de ses prétentions répétées et assez irritantes à incarner une vision moderniste du monde et de la politique, Le Meur est en fait enfermé dans le carcan d’une logique d’affrontement datant de la guerre froide.

L’analyse de Judith Bernard, que partage Peter Covel, bien plus fine et éclairée, va dans une direction opposée à celle que Le Meur emprunte par cynisme. En soulignant que l’intertextualité télévisuelle suggérait une parentée entre le format du débat socialiste et celui d’un jeu télévisé (de type Question pour un champion: des candidats qui s’ignorent derrière leur pupitre), Judith Bernard nous met sur la voie de la caractérisation la plus pertinente: le débat socialiste s’apparentait dans sa structure et dans ses règles à un débat à l’américaine. Je ne dis pas cela simplement parce que le débat politique télévisuel américain tend à incorporer les formats dérivés de l’entertainment (jeux, sitcoms, TV réalité) pour brosser le téléspectateur dans le sens du poil, mais parce qu’il s’agit presque exactement du format sur lequel Bush et Kerry se sont mis d’accord en 2004. En voici pour preuve une vidéo du premier débat de 2004:

Dailymotion blogged video
1er débat présidentielle Bush-Kerry
Vidéo envoyée par paralleles

Vous noterez que les américains vont plus loin dans les emprunts aux jeux TV avec l’emploi de petites lumières et d’un son qui alertent le candidat de l’approche de la fin du temps qui lui a été imparti pour répondre.

Donc pour résumer, le format du débat est certes hautement criticable puisqu’il est symptomatique d’un glissement vers le bas, d’une dégradation des standards de la pratique politique, du triomphe du ‘divertissement’ comme registre de lecture du monde et d’une actualité pourtant déjà assez difficile à appréhender dans sa complexité. Quand le choix de ce format vient s’ajouter à la méfiance, voire la haine, tout au moins l’indifférence envers ceux qui nous gouvernent (ou aspirent à nous gouverner), on ne peut pas s’étonner de voir des taux d’abstention plutôt élevés.

Comme je le soulignais déjà hier au sujet de la vidéo sur Sarkozy que Clémentine Autain a jugé bon de mettre sur son blog, on ne peut que vivement reprocher à nos élus d’apporter de l’eau à ce moulin qui broie la politique au sens noble du terme pour l’aligner sur un des plus bas niveaux que notre culture dite « moderne » a atteint avec le divertissement télévisuel.

Quant aux blogueurs, Vin100 recopie servilement l’analyse de Le Meur, qui emboîte le pas de Sarkozy. Je suis assez curieux de voir si Sarkozy va se lâcher et pratiquer lui-même les analogies fallacieuses de ce genre où s’il va continuer à laisser faire ses seconds couteaux de seconde zone… En tout cas, félicitations à Judith Bernard, je viens de découvrir Big Bang Blog auquel elle contribue, on y trouve (presque) que des analyses pertinentes et utiles.

Posted in Etats-Unis, Médias, Politique, présidentielles 2007 | Leave a Comment »