Parallèles

Juste un blog en parallèle

Archive for the ‘Médias’ Category

Autain en hausse

Posted by Parallèles sur 23 octobre 2006

Bien mieux que la vidéo « Le meilleur de Sarkozy », Clémentine Autain a reproduit sur son blog sa tribune parue dans le Libération du 23 octobre 2006. C’est beaucoup plus construit que du montage vidéo sensationnaliste, et c’est tant mieux. On pourra simplement regretter que cette tribune ne soit pas plus spécifique: beaucoup trop de mots en -isme (libéralisme, autoritarisme, populisme, individualisme, capitalisme, …) trop usés, trop creux, trop rhétoriques s’ils ne sont pas illustrés d’exemples précis. La partie de la tribune qui se veut concrète:

Concrètement, nous devons partir des besoins et réorienter les fonds publics vers les activités socialement utiles, mobiliser l’outil fiscal pour redistribuer les richesses entre les individus et les territoires, augmenter les bas salaires et les minima sociaux, sécuriser les parcours de travail et de vie, assurer une continuité du contrat de travail, et donc des droits, ainsi qu’un filet de sécurité en matière de revenu, consolider et étendre les services publics.

est encore un peu trop vague à mon goût. Quels fonds publics? Ceux qui proviennent de quel instrument particulier de l' »outil fiscal »? Orienter ces fonds vers quelles activités? Quelle est ici la définition de l’utilité sociale? Seuls « augmenter les bas salaires et les minima sociaux » passe à peu près le test (quoiqu’on se demande naturellement « de combien? »).

Je ne cherche pas à blâmer Clémentine Autain car je suis sûr qu’elle a des réponses spécifiques à ces questions (voir plus bas). Je veux juste faire remarquer que nous avons là une illustration d’un problème que pose les médias journalistiques traditionnels dans leur format et leur fonctionnement: on peut imaginer que l’espace trop réduit qui lui était imparti dans les colonnes de Libération l’a forcée à recourir à ces épouvantails. Heureusement qu’il y a encore ces bons vieux livres (Clémentine Autain en a écrit plusieurs) et que les nouveaux médias offrent des possibilités dans ce domaine. Mais attention, ils peuvent donner lieu à pire, c’est à dire à une reprise des travers des médias traditionnels en général et de la télé en particulier (voir la vidéo « le meilleur de Sarkozy ») confinant ainsi au degré zéro de la critique, ou à mieux, comme avec le programme en ligne de la gauche d’alternative que soutient Clémentine Autain. Je ne juge pas ici du fond de ce programme, mais de la forme que je vous invite à comparer à celle de la tribune d’aujourd’hui et surtout à cette vidéo en ligne que je mentionne plus haut. J’espère que vous y verrez comme moi une certaine gradation dans l’intelligence et le côté constructif.

Publicités

Posted in Médias, Politique, présidentielles 2007 | Leave a Comment »

Les ‘barbares’ de Rebsamen

Posted by Parallèles sur 22 octobre 2006

Commençons par préciser que je ne suis ni Rebsamenien (si le mot existe), ni Ségoliste, juste un peu dérangé par le flou artistique avec lequel certains mots sont employés, la désinvolture avec laquelle certaines attaques sont formulées, et le fait que les blogs contribuent à renforcer ces tendances déjà visibles dans les médias traditionnels. Je n’ai pas grand intérêt pour la question du choix du candidat du PS, ça m’est assez égal. Voilà déjà un problème de réglé.

Guy Birenbaum a eu pas mal de réactions suite à son post sur l’emploi du mot ‘barbares’ par François Rebsamen, n° 2 du PS et qui ambitionnerait de devenir le ministre de l’Intérieur de Ségolène Royal.

Avant de discuter un peu du terme de ‘barbare,’ j’aimerais d’abord m’arrêter sur deux passages du post de Birenbaum:

Des barbares qui n’ont pas de civilisation !

Mais Jean-Marie Le Pen n’aurait pas pu le dire mieux !

et un peu plus loin:

Il faut que vous sachiez aussi, qu’il [Rebsamen] est franc-maçon, membre du Grand-Orient de France, une loge qui prône l’humanisme, la fraternité, le débat, le dialogue et qui attache beaucoup d’importance à l’éducation …

Je ne vois pas au juste l’intérêt de mentionner le fait que Rebsamen est franc-maçon. Comme le post de Birenbaum à son égard n’est pas franchement sympathique, on pourrait supposer que la remarque n’est pas anodine. On pourrait avoir l’impression que l’emploi du mot ‘barbares’ révèlerait alors que les valeurs d’humanisme, de fraternité, de débat et de dialogue ne sont prônées que cyniquement par le franc-maçon Rebsamen pour masquer un programme politique opposé. On pourrait alors supposer que la diatribe de Birenbaum contre Rebsamen a une fonction métonymique: Rebsamen représenterait à lui seul la grande tartufferie du Grand-Orient (qui au passage n’est pas une « loge ») dont on pourrait supposer alors que les membres ont encore beaucoup d’autres choses à cacher. Et nous savons bien qui, parmi d’autres, suggèrent que les franc-maçons ne sont pas si francs et ourdissent on ne sait trop quoi en secret.
Je ne crois vraiment pas que ce soit ce que Birenbaum voulait suggérer mais on peut lui faire remarquer au passage qu’avant d’accuser les autres d’employer la rhétorique de Le Pen, il faut bien prendre garde de ne pas s’exposer soi-même au même genre de critique. Critiques, critiqués, on a l’impression que tout le monde a du mal à s’empêcher de marcher sur les terres de Le Pen. Il faut être prudent car il y a des termes connotés qu’il faut toujours employer avec beaucoup de clarté pour ne pas se retrouver accusé à tort.

Au sujet du mot ‘barbare’ maintenant, je pense qu’il faut aller à l’étymologie du mot, puisqu’en précisant « qu’ils n’ont pas de civilisation » c’est bien là je crois que Rebsamen voulait en venir. ‘Barbare’ (bar-bar) est la façon dont les Grecs représentaient phonétiquement toutes les langues de ceux qui ne parlaient pas grec (nous dirions en France quelque chose comme ‘blah-blah-blah’, ou mieux, nous parlons encore de charabia, un mot qui est censé représenter un bruit confus de paroles). La langue étant un des fondements d’une civilisation, les Grecs (aussi ethnocentriques que les Français) considéraient donc que les barbares n’avaient pas de civilisation. Les autres sens du terme barbare, ceux que nous employons le plus communément aujourd’hui, dérivent par extension du fait que les contacts avec ces peuples extérieurs (à la périphérie, ou si vous voulez dans la banlieue de la Grèce antique) étaient le plus souvent hostiles et violents. Vu sous cet angle, s’il faut reconnaître que le mot peut choquer, l’analogie ne serait pas sans pertinence: il y a bien à nos périphéries des groupes humains qui parlent une autre langue que nous ne comprenons pas et avec qui les contacts sont au mieux tendus, au pire violents. Là où Rebsamen s’égare c’est lorsqu’il suppose que la charge de s’éduquer pour adoucir les contacts et relations avec l’autre repose entièrement sur l’autre, c’est-à-dire sur le barbare. Il me semble que l’effort doit être partagé, et qu’il faut d’abord s’éduquer soi-même à chercher ce que peut être la civilisation du barbare et en quoi elle est similaire à la notre. Grecs et Barbares, habitants des centres et des périphéries, nous sommes tous le barbare de quelqu’un d’autre…

Posted in Médias, Politique, Ségolène Royal | Leave a Comment »

Débat soviétique ou à l’américaine?

Posted by Parallèles sur 19 octobre 2006

Au sujet du débat télévisé des candidats à la candidature PS, on a pu lire ici ou là (chez Le Meur et chez Vin100 qui recopie Le Meur) que ce débat était « soviétique » dans son format. Bien évidemment, il s’agit dans l’un et l’autre cas d’une analyse de mauvaise foi dont le but est d’agiter des épouvantails du passé pour effrayer le bon peuple (de droite). En dépit de ses prétentions répétées et assez irritantes à incarner une vision moderniste du monde et de la politique, Le Meur est en fait enfermé dans le carcan d’une logique d’affrontement datant de la guerre froide.

L’analyse de Judith Bernard, que partage Peter Covel, bien plus fine et éclairée, va dans une direction opposée à celle que Le Meur emprunte par cynisme. En soulignant que l’intertextualité télévisuelle suggérait une parentée entre le format du débat socialiste et celui d’un jeu télévisé (de type Question pour un champion: des candidats qui s’ignorent derrière leur pupitre), Judith Bernard nous met sur la voie de la caractérisation la plus pertinente: le débat socialiste s’apparentait dans sa structure et dans ses règles à un débat à l’américaine. Je ne dis pas cela simplement parce que le débat politique télévisuel américain tend à incorporer les formats dérivés de l’entertainment (jeux, sitcoms, TV réalité) pour brosser le téléspectateur dans le sens du poil, mais parce qu’il s’agit presque exactement du format sur lequel Bush et Kerry se sont mis d’accord en 2004. En voici pour preuve une vidéo du premier débat de 2004:

Dailymotion blogged video
1er débat présidentielle Bush-Kerry
Vidéo envoyée par paralleles

Vous noterez que les américains vont plus loin dans les emprunts aux jeux TV avec l’emploi de petites lumières et d’un son qui alertent le candidat de l’approche de la fin du temps qui lui a été imparti pour répondre.

Donc pour résumer, le format du débat est certes hautement criticable puisqu’il est symptomatique d’un glissement vers le bas, d’une dégradation des standards de la pratique politique, du triomphe du ‘divertissement’ comme registre de lecture du monde et d’une actualité pourtant déjà assez difficile à appréhender dans sa complexité. Quand le choix de ce format vient s’ajouter à la méfiance, voire la haine, tout au moins l’indifférence envers ceux qui nous gouvernent (ou aspirent à nous gouverner), on ne peut pas s’étonner de voir des taux d’abstention plutôt élevés.

Comme je le soulignais déjà hier au sujet de la vidéo sur Sarkozy que Clémentine Autain a jugé bon de mettre sur son blog, on ne peut que vivement reprocher à nos élus d’apporter de l’eau à ce moulin qui broie la politique au sens noble du terme pour l’aligner sur un des plus bas niveaux que notre culture dite « moderne » a atteint avec le divertissement télévisuel.

Quant aux blogueurs, Vin100 recopie servilement l’analyse de Le Meur, qui emboîte le pas de Sarkozy. Je suis assez curieux de voir si Sarkozy va se lâcher et pratiquer lui-même les analogies fallacieuses de ce genre où s’il va continuer à laisser faire ses seconds couteaux de seconde zone… En tout cas, félicitations à Judith Bernard, je viens de découvrir Big Bang Blog auquel elle contribue, on y trouve (presque) que des analyses pertinentes et utiles.

Posted in Etats-Unis, Médias, Politique, présidentielles 2007 | Leave a Comment »