Parallèles

Juste un blog en parallèle

Archive for décembre 2006

Séparation de l’Eglise et de l’Etat, on y travaille encore aux Etats-Unis…

Posted by Parallèles sur 19 décembre 2006

Il faut que je relaye un truc qui m’a carrément scié, publié aujourd’hui dans le New York Times.

Je résume. David Paszkiewicz est prof d’histoire au lycée depuis 14 ans. Au programme de son cours pour l’équivalent de notre classe de seconde ce semestre, l’histoire de la constitution américaine. Jusque là, tout est normal. Très vite cependant, un élève, Matthew LaClair (16 ans) s’inquiète de certains propos du professeur. Je vous en fais un résumé depuis l’article du NYT: la théorie de l’évolution et du Big Bang ne sont pas scientifiques, il y avait des dinosaures embarqués sur l’arche de Noé, seuls les chrétiens auront une place au paradis, rejeter le Christ est la garantie absolue d’une place en enfer. LaClair fait quelques enregistrements audio en classe, les transmet à la direction du lycée en portant plainte contre son prof.

Bon.

Certes, c’est du costaud et je ne doute pas qu’il y ait déjà des lecteurs français qui seront déjà sciés à ce stade. Cependant, il ne serait pas le premier prof à transformer son cours en prêche, et malheureusement l’intérêt de l’histoire n’est pas là. Non, la surprise vient d’ailleurs et elle est double.

1) Comme le précise l’article, on est pas dans la « Bible Belt », mais à Kerney dans le New Jersey, à quelques kilomètres de Manhattan. Ca c’est la première nouvelle: c’est comme la gangrène et ça commence à remonter. Le bas est tout pourri et le haut commence à suinter sévère. Personnellement, je suis pour l’amputation avant que ça commence à devenir franchement nauséabond un peu trop près.

2) Et là c’est le vrai choc: l’amputation va pas être facile. De loin le plus aberrant dans cette histoire ce sont les réactions à la plainte de Matthew LaClair. L’article nous informe en effet que la très grande majorité des élèves ont pris fait et cause pour leur prof, on (notamment le remplaçant temporaire de Paszkiewicz…) reproche à LaClair d’avoir enfreint le premier amendement en portant atteinte à la liberté d’opinion religieuse de son prof, le renvoi de LaClair du lycée a été demandé sur le site officiel de la ville, la direction du lycée estime que Paszkiewicz « est un excellent enseignant », une enquête a été ouverte qui résultera peut-être en une notation (peut-être un blâme, voire une réprimande! on dirait Coluche sur la police…). N’en jetez plus! Ah ben si: le pompon, je crois que c’est la menace de mort reçue par LaClair…

Pas trop rassurant pour moi, à moins d’un mois de commencer un cours complètement polémique sur les théories du complot de la Peste noire au 11 septembre… Je devrais me retrouver dans un contexte quand même plus ouvert intellectuellement, mais va quand même falloir se méfier plus qu’avant.

D’un autre côté, ça donne encore plus de sens à l’enseignement: la tâche qui est devant tout prof, avancer des arguments, des preuves, démontrer le fonctionnement et le bien fondé des méthodes scientifiques, convaincre, ouvrir les esprits dans la génération qui arrive, tout cela est en toute circonstance d’une grande importance, mais cela devient un enjeu particulièrement lourd, aujourd’hui et dans ce pays.

Publicités

Posted in enseignement, Etats-Unis, histoire, Religion | 1 Comment »

Vieux ressorts rouillés

Posted by Parallèles sur 10 décembre 2006

Mme Royal voudrait nous faire croire qu’elle se situerait en dehors des appareils, mais son tout récent accord électoral avec Jean-Pierre Chevènement apporte une nouvelle preuve de son appartenance pleine et entière à un système qu’elle nous présente pourtant comme révolu. Cet accord démontre en effet qu’elle sait parfaitement utiliser les ressorts les plus rouillés de ces vieilles machineries politiques, avec une maîtrise qui dénote une grande familiarité avec le système de la politique à papa (Jacques ou François): je te donne dix circonscriptions, tu retires ta candidature. C’est sympa pour les acteurs de la « démocratie participative », c’est-à-dire les électeurs des circonscriptions en question qui, ballotés par le marchandage entre la dame aux caméras et et le revenant jacobin, trouveront là l’occasion d’entrevoir à quel point leur avis peut intéresser la candidate socialiste dans la pratique. Oubliez la gazelle, c’est bien une éléphante que nous avons là.

Etant données ses perspectives d’une plausible présence au second tour (je n’ai pas dit probable), Mme Royal peut au moins avoir l’excuse du pragmatisme, ce qui n’est pas le cas de la gauche antilibérale. Car de ce côté là aussi, on veut nous faire croire au renouveau, à la rupture politique alors qu’on nous ressert de la soupe froide. « Unitaire, » c’est le mot poudre-aux-yeux de la gauche de la gauche: unitaire par ci, unitaire par là, et quand il faut s’arrêter sur un candidat, les divisions groupusculaires éclatent au grand jour et des nuances politiques infinitésimales coupent court au grand élan solidaire. Les subtilités de ces divisions militantes échappent à la très grande majorité des électeurs qui ne verra donc là, et à juste titre, que de la politique politicienne en action. C’est désolant mais aussi particulièrement ridicule quand cela se passe en dehors d’un « parti de gouvernement, » c’est-à-dire quand l’exercice effectif du pouvoir n’est même pas un enjeu réel…

Tout cela laisse à penser que le « faire de la politique autrement » qu’on essaye de nous vendre n’est bien que du foutage de gueule à l’ancienne. A ce rythme là, on va droit dans le mur du 2e tour façon 2002 (c’est pour ça que j’ai dit plausible et pas probable…). Plus ça va, et plus j’espère que ces voix perdues ne se reporteront pas plus à droite que sur Bayrou…

Note aux blogueurs de droite qui voudraient récupérer/citer ce billet: la gauche dans son ensemble (je suis gentil, j’inclue Mme Royal) m’a mis de mauvaise humeur aujourd’hui et c’est pour cela qu’abandonnant à cette occasion ma bonhommie naturelle je me permettrais de vous dire que je vous conchie.

Posted in antilibéral, Clémentine Autain, Jean-Pierre Chevènement, présidentielles 2007, Ségolène Royal | 2 Comments »